Dimanche 8 juillet 2018

Des témoignages de nos prêtres

0 vote

A l’occasion des départs de nos trois prêtres, voici leur parole pour toute la communauté pastorale. Propos reçus par « Le Lien » que nous remercions.

  • Par Le Père Marcel Garnier
    Père Marcel Garnier
    Père Marcel Garnier

    Voilà 6 années, j’arrivais dans le pays de Dinan, accueilli au service de cette grande paroisse par le Père Henri Cocheril et reçu par la population de Brusvily en son presbytère. Cette nouvelle mission dans le Diocèse de Saint Brieuc m’a permis, encore une fois, de faire des découvertes merveilleuses de la présence de Dieu dans la vie des hommes et des femmes d’aujourd’hui. J’en retiens plus spécialement 2 à Dinan : L’Institut Saint Jean de Dieu…. Combien ce monde est riche d’affectivité. Dès qu’on vous connaît un tant soit peu, on accourt vers vous pour vous accueillir. Merci à vous, religieux, religieuses et patients de St Jean de Dieu de m’avoir fait découvrir ainsi votre vie et votre mission. Une autre grande découverte a été le Mouvement des Equipes Notre-Dame. Quelle simplicité, quelle profondeur, quelle vérité de vie et de foi s’instaurent et se développent dans ces relations profondes et précieuses pour la vie de vos couples et cela, dans le plus grand respect des différences. J’en ai beaucoup bénéficié pour ma propre vie et pour la suite encore. La plus grande partie de ma vie, pendant ces 6 années s’est déroulée à Brusvily… pour ce petit message d’amitié

    Marcel Garnier
  • Par le Père Didier Legonou :
    Père Didier Logonou
    Père Didier Logonou

    Prêtre fidei donum originaire du diocèse d’Abomey au Bénin, me voici à la fin de ma mission dans le diocèse de Saint- Brieuc et Tréguier, spécialement sur la Communauté pastorale de Dinan. Arrivé dans le diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier en septembre 2010, Mgr Lucien FRUCHAUD me nommait prêtre au service de la Communauté Pastorale de Dinan et de la paroisse Notre-Dame des Granitiers de Brusvily. Le 1er septembre 2011, Mgr Denis Moutel m’a nommé administrateur de la paroisse Notre-Dame des Granitiers de Brusvily, tout en demeurant au service de la Communauté Pastorale de Dinan. Ma mission de prêtre fidei donum dans le diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier, 8 années sur la Communauté Pastorale de Dinan, dont 7 années passées comme administrateur de la paroisse Notre-Dame des Granitiers de Brusvily, est à considérer bien au-delà d’un passage car un passage pourrait être comparé à du tourisme. Il s’agit pour le prêtre fidei donum d’un service presbytéral et pastoral qui demande de s’investir pour l’annonce de la Bonne Nouvelle. C’est le souci qui a été le mien pendant ce temps de ma Mission parmi vous. L’Evangile a été proclamé en profondeur dans mon pays le Bénin, Dahomey d’alors, par des prêtres missionnaires de la Société des Missions Africaines de Paris en 1860. Ordonné prêtre le 20 juillet 1985, je fus nommé vicaire paroissial sur la paroisse Saint François d’Assise de Bohicon avec le Père André MORICEAU comme curé, prêtre SMA originaire de Nantes. Il me fera faire mon premier voyage en France et en Italie et me mettra en contact avec le Père Athanase LEBERRE par qui le Seigneur a fait naître en moi la vocation presbytérale, il est aussi prêtre SMA. Depuis lors, j’ai eu à faire des remplacements d’été sur des paroisses en France (Mortcerf en Seineet- Marne, Abbaye Saint Philibert de Tournus…) Mais c’est à Dinan dans le diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier que j’ai vraiment pris conscience de la Mission en France. J’ai découvert une Eglise tout à tous qui, tout en tenant solidement au Mystère du Salut ainsi qu’à l’Annonce de l’Evangile, la Parole de Dieu, s’adapte aux réalités sociopolitiques de son temps afin de n’être pas en déphasage avec la société et de ne pas manquer non plus d’accomplir sa Mission. Pour conclure, je dirai que j’ai été très heureux dans l’exercice de mon ministère de prêtre dans la Communauté Paroissiale de Dinan et en particulier avec les chrétiens de la paroisse Notre-Dame des Granitiers de Brusvily. Merci pour tout ce que nous avons vécu ensemble. Merci pour votre engagement et pour votre disponibilité. Je vous demande pardon pour tout ce qui aurait été de l’incompréhension et pour tout ce qui aurait été peut-être mal géré ou non apprécié à sa juste valeur de part et d’autres. En septembre, je vais retourner dans mon pays le Bénin dans mon diocèse d’Abomey. La ville d’Abomey est la cité des rois au Bénin, c’est la cité historique du Bénin. Je suis prêt à recevoir ceux qui éprouveraient le désir de fouler un jour le sol du Bénin en Afrique de l’Ouest.

    Didier Arsène Legonou
  • Par l’Abbé Noël Gbeyetin :
    Abbé Noël Gbeyetin
    Abbé Noël Gbeyetin

    Tout passe… Il y a quelques mois, lors de la célébration du 40e anniversaire de mon baptême, j’ai compris que tout passe. Tout passe avec le temps ou sans le temps mais jamais sans le Maître des temps à qui je dois une gratitude en pensée, en parole et en actes ostensibles. Cette réalité indéniable, n’a pas manqué d’appliquer ses principes durant mon séjour dans la communauté paroissiale Dinan. Comme une goutte d’eau ces deux années se sont écoulées remplies de grâces et d’histoires dans cette ville d’art et d’histoire. En effet, pendant ce premier séjour en France j’ai eu la chance que tout le monde n’a pas. L’accueil véritablement chaleureux continue de me mettre en confiance dans mes diverses charges pastorales. Un merci reste insuffisant pour traduire ma reconnaissance envers tous ceux qui m’ont accueilli d’une manière ou d’une autre. C’est la raison pour laquelle je ne cesse de méditer le Psaume 22 qui interpelle chaque jour mon attitude vis à vis du Dieu vivant et vrai, Père et amour. Avec la grâce que Dieu m’a donnée, j’ai essayé de faire découvrir le Christ à tous ceux que j’ai pu rencontrer sur mon chemin : chemin de la convivialité et de la fraternité, chemin de la célébration et de l’adoration, chemin de joie et de foi, chemin du réfectoire et de laboratoire, chemin du jardinage et du partage, chemin de la gastronomie et de la chimie. Certes, certaines personnes ont préféré les nouvelles à la bonne nouvelle au moment où d’autres s’efforcent de tout cœur de rester fidèles à l’héritage spirituel plus précieux que l’or et l’argent. Quant à moi, je reste convaincu que mes mains qui ont commencé à s’élever depuis une décennie ne se lasseront pas de rassembler avec le Christ et par le Christ. C’est lui, le Maître de la Moisson. L’instrument que je suis ne se fera pas supplier ni suppléer afin que les hommes de mon temps s’inscrivent résolument dans l’aujourd’hui thérésien et christologique  : je n’ai qu’aujourd’hui pour aimer l’Eglise, ma famille. Au cours de ces deux années, j’ai compris que l’on est aimé quand on est né et on sera aimé quand on mourra et que le reste et que le temps intermédiaire dépend de ce que l’on en fait. Je passais…

    Abbé Noël

Le dimanche 1 juillet, c’était la fête à Brusvily. C’était le départ du Père Marcel Garnier qui habite au presbytère de ce lieu, et des Pères Didier Legonou et de l’abbé Noël Gbeyetin qui partent dès septembre de notre communauté pastorale.