Eglise : venir à… ou aller vers ? Enregistrer au format PDF

Jeudi 31 janvier 2019 — Dernier ajout lundi 4 mars 2019
0 vote

A partir du 11 février, nous établirons des points d’accueil et d’écoute dans nos 4 paroisses de la Communauté Pastorale de Dinan :

  • le mardi, sur Dinan/Léhon, de 9 h 30 à 12 h 00, Accueil de l’Abbatiale.
  • le Jeudi , sur Saint-Samson, de 10 h 00 à 12 h 00, Salle paroissiale de St Samson.
  • le vendredi , sur Pleudihen, de 15 h 00 à 17 h 30, Accueil du presbytère.
  • le samedi , sur Evran, de 10 h 00 à 12 h 00, Accueil du presbytère.

En même temps, l’hospitalité et la mission se côtoient, malgré toutes les résistances que développent des personnes pour se protéger contre d’éventuels appels. Beaucoup de changements et de mutations de notre société ont eu une incidence sur la vie de l’Eglise et dans l’Eglise, aussi bien du côté organisationnel que du côté pastoral.

Ces changements et ces mutations, dont ceux du ministère de prêtre, ont joué un rôle important dans le passage d’une pastorale de reproduction à une pastorale missionnaire.

Merci de lire mon texte (« Le LIEN », page 12) pour situer ce propos

A vouloir faire dépendre l’avenir de nos communautés chrétiennes du nombre des vocations sacerdotales et diaconales, on ne préparera jamais leur devenir missionnaire tant souhaité par le Concile Vat II et par notre Pape François.

Les prêtres sont devenus de plus en plus itinérants. Ils sont ici, ils sont là bas, au point que les communautés risquent de ne pas sentir leur présence effective. Cette situation est assez difficilement vécue par les prêtres eux-mêmes et par les communautés concernées. De fortes exigences humaines et spirituelles nous sollicitent tous, prêtres, diacres et communautés, pour un certain équilibre. Acteurs locaux, prêtres et diacres ont intérêt à se faire confiance pour gérer les délégations aux services divers et variés, parfois, au prix fort d’une quasi-disparition de la vie personnelle.

Dans ce contexte, la figure du prêtre omniprésent s’est éloignée de la réalité et du réalisme. Seule une présence dans la diversité des charismes sera présence d’Evangile et présence d’Eglise. Nous lisons dans l’évangile de Luc qu’après l’envoi des douze, il y a eu en plus l’envoi des 72. Nous pouvons imaginer la prolifération des envois depuis lors jusqu’à nos jours.

Ensemble, prêtre et ses collaborateurs sont appelés à devenir des passeurs, ceux qui appellent, accueillent et envoient en mission. Ensemble, nous avons besoin de consensus pastoraux qui aideront nos communautés, à devenir missionnaires ; des communautés des envoyés libres et autonomes dans la foi ; des communautés de la concertation et du discernement, celles qui veillent à faire valoir la voix de l’Évangile, en n’oubliant surtout pas, les petits et les pauvres.

Il y va de la synodalité, un choix d’ores et déjà fait par notre diocèse pour regarder ensemble devant, dans l’espérance. Il y va de la maturité chrétienne de discerner ce que Dieu attend de moi, de nous : ne pas vivre pour nous seuls, mais au service de tous.

Jean Mabundi